07 novembre 2004

A day in a life

Mboté toujours, Ca fait maintenant une semaine tout rond que j'assume mes fonctions de logisticien tout seul comme un grand. La semaine d'avant mon prédecesseur etait encore la pour le tuilage et la preparation psychologique a ce qui m'attendait, mais maintenant ca y est I'm in command!!! mais au fait c'est quoi la vie quotidienne d'un logisticien au Congo? que du bonheur, et je ne saurais etre plus ironique... vous êtes prêts? Commencons par les bonnes choses quand même. Mon background est plus qu'un atout, vu que je gere un budget, 18 personnes, un parc véhicule terre/mer, et notre résidence sur le fleuve. J'ai chaud au coeur en voyant que mes années d'écoles de commerce, puis de conseil et gestion de projet servent enfin à quelque chose d'autre que de voir son compte en banque se renflouer a chaque fin de mois...que mes parents et les institutions qui m'ont temporairement hébergé se rassurent! Aussi, je prends conscience des différentes cultures dans lesquelles j'ai vécu, ainsi que de mes quatre langues qui sont enfin mises a contribution de manière simultanée. Faut reconnaître que jusque là ces avantages servaient surtout à impressioner la demoiselle du coin, mais là çà m'ouvre pas mal de portes: je parle francais avec les congolais, anglais avec tous les anglophones presents ici, espagnol avec les soldats UN du contingent urugayen, et arabe avec les libanais changeurs d'argent (Mohamed et Ali deux grands moments de ma vie)...aussi cosmopolite que Londres de par ici, qui l'eût cru? bref vous l'aurez compris je pars quand même avec pas mal d'atouts.Maintenant passons au contexte....c'est moi ou c 'est eux mais je vous assure qu'il y en a qui ne vont pas ressortir entiers d'une telle confrontation! déjà tout le monde quémande, cela va du mendiant à l'officier supérieur, et même si ma verve me sauve a chaque fois faut dire que la strangulation devient une pensée de plus en plus concrète...je pourrais passer des heures à faire ma psychothérapie et vous narrer les obstacles que je rencontre au quotidien, mais je préfère résumer par la phrase que mon DRH m'a dite avant de partir: Tout va lentement au Congo, très lentement. C'était malheureusement vrai, mais je pense que le plus dur reste la corruption latente et tout ce qui en résulte vu que nous refusons de cautionner pareil système. Je ne m'attarde pas plus sur ce point qui me donne la nausée vu que nous y sommes confrontés au quotidien. Mais je parle, je parle, qu'en est il au jour le jour? eh bien réveil 7h et arrivée à la base 8h passées. Début de la journée par les mises au point diverses et variées, pénible lecture des e mails (le net est aussi rapide que le Congo), et début de ma journée avec la série d'imprévus et autres merdes qui me tombent dessus. Me voila au port pour verifier la sécu de l'entrepôt, ensuite direction le port pour constater que la barge qu'on nous avait promise n'etait pas la, traque de l'armateur a Mbandaka city, sans oublier le détour obligatoire par les autorités fluviales ou la direction des migrations pour obtenir le formulaire B72 vert fluo. Retour à la base pour refaire le point, engueuler 3-4 personnes, convoquer un tel et un tel et hop direction larésidence pour dejeuner! la pause me direz vous, que nenni! je rappelle que notre parc automobile et fluvial se trouve la bas donc forcément l'arret technique avec les pilotes et les mécanos....retour à la base pour une enième mise au point et/ou engueulade et c reparti pour l'aéroport! bien sûr arrivé la bas le préambule "action contre la faim...eh bien j'ai faim moi" est de rigueur, avant de constater que le fret n'est pas arrivé...on reste calme, et on ne casse pas les côtes flottantes du responsable... euh juste une seule je peux?allez...non? bon tant pis!La fin de journée congolaise se profile aux alentours de 17h30, et il est temps pour moi de revenir a la base pour les differents rapports à taper et autres activités dactylo dont tout le monde raffole mais malheureusement nécessaires, ce qui nous mène à 19h minimum 22h30 maximum (jusque là) Le retour a la maison est des plus paisibles douche bouffe musique lecture et dodo surtout: qu'est ce que je peux dormir dans ce pays!!! C'est vrai que préparer les distributions n'est pas de tout repos et que ce que je me farcis en ce moment reste exceptionnel, mais que d'émotions croyez moi. La pause de midi arrive et l'effondrement moral avec, en se disant qu'on ne vas jamais resoudre nos problemes a temps. arrive alors la fin de journée avec les solutions de dernière minute obtenues lorsque les autres capitulent (plus têtu que moi... tu meurs mon frère) et le sentiment que ca avance malgré tout! joie, soulagment, et decontraction à l'honneur... jusqu'au lendemain matin! Allez la semaine prochaine je pars pour quatre jours dans la brousse, dont deux jours entiers de voyage par canot sur le fleuve: meeting trimestriel avec tous les responsables de nos arrières bases pour préparer les distributions. Depuis le temps que je veux y rentrer dans cette jungle, je vais être servi!!!La ballade sur le fleuve, la guitare dans la nuit, les étoiles dans le ciel...comme réunion de travail je crois qu'on peut faire pire. Promis je vous raconte la semaine prochaine et les photos suivront...héhéhé. Un dernier point et de taille, je vais louper mon premier match de l'équipe de france de rugby depuis 1999. Je pensais être rentré à temps pour suivre le match sur internet (merci sudradio.com) mais il n'en sera rien...sniff! que tous ceux qui regardent le match samedi pensent à moi et j'attends vos mails: on va les bouffer les australiens....allez la Gaule qu'on leur marche dessus!

2 commentaires:

Anonyme a dit…

27-14 !!! La voilà la belle victoire ! Superbe match !
Dommage que tu ais loupé ça !
@dios mon Mario,
Mano

Nedjma a dit…

Wow ça c'est des journées bien remplies dis donc ! Tu as l'air de bien t'en sortir dans ce tohu-bohu, chapeau ! Très incisif et instructif de te lire !